SOMMAIRE

PRÉPARATION DU TOURNAGE
INSTALLATION
ECLAIRAGE
PRISE DE SON
RÉGLAGES
PLACEMENT DE CAMERA
LA PRISE DE VUE
CADRAGE
RENDRE COMPTE D’UNE ACTION
LES PLANS DE COUPE
ASTUCES – TOURNAGE
ASTUCES – DIFFÉRENTS LIEUX DE TOURNAGE
FOCUS SUR L’INTERVIEW
LOGO F2RPROD

PRÉPARATION DU TOURNAGE

SITUATION
– Identifier le lieu – la lumière principale (intérieur/extérieur).
– Préparer le décors (Background) – Dégager tous les éléments néfastes au décor.
– Avoir préparé les questions en amont.
– Utiliser poudre maquillage pour enlever les brillances sur interlocuteur.
– Le journaliste doit être proche de la caméra et le sujet doit le regarder
– jamais face caméra.

INSTALLATION
– Installer le pied selon axe choisi à hauteur des yeux du sujet.
– Faire la BULLE.
– Formater cartes – mettre TC à 0 – régler format RECORD sur 1920 25i All I.
– Mettre le ZEBRA à 75%.
– Faire un  pré cadre + pré exposition + Mettre la caméra en mode manuel.
– Le regard prime et détermine la hauteur caméra. Mettre toujours la caméra à hauteur des yeux.

ECLAIRAGE
– Installer éclairage si possible 3 POINTS :
– KEY LIGHT à 30 ° + en piqué + en direct + SPUN pour diffuser la lumière
– FILL LIGHT en hauteur + faible en intensité direct ou indirect
– BACK LIGHT très haut en flood direct volets fermés
– Se poser la question si l’on est en intérieur ou extérieur et quel type de lumière on aura.
– Trouver la lumière principale
– Se placer dos ou profil à la lumière principale
– ne jamais se mettre face à la lumière – effet contre-jour

RÉGLAGES CAMERAS
EXPOSITION
– Choisir focale
– L’exposition idéale se situe à 1/50è diaph 5.6 (ajuster la luminosité avec les ISO)

BALANCE DES BLANCS
– Couvrir au moins 70% de l’image avec une feuille blanche
– Lumière du jour (extérieur) : 5600°K
– Lumière artificielle (Tungstène – Intérieur) : 3200°K

MISE AU POINT
– zoomer à fond sur les yeux
– Utiliser le PEAKING

PRISE DE SON
– Installer micros cravate au niveau du sternum (Faire une boucle sur le cravate)
– Porter un casque
– Mettre une bonnette anti-vent et anti pop
– Faire les niveaux en faisant parler l’interlocuteur
– Faire un SON SEUL pour avoir de l’ambiance en post-prod

 LA PRISE DE VUE

Gardez toujours ça en tête lorsque vous filmez. Dites-vous que vous filmez pour raconter une histoire et pas pour montrer quelque chose. Si vous filmez pour montrer et pas pour raconter, les gens s’ennuieront. Pour terminer et avant d’aborder ces fameuses règles et ces quelques astuces. Rappelez-vous d’éviter les flous, de bien stabiliser vos vidéos. Une vidéo tremblante ou dont la mise au point patine entre le sujet et l’arrière-plan est très désagréable à regarder. Évitez les longueurs mais aussi les plans trop courts incompréhensibles pour le spectateur. Pensez à vos plans en ayant presque le montage dans la tête.
Ce n’est pas évident, mais si vous avez déjà une ébauche de ce que vous comptez faire au montage, vous saurez quoi filmer, qui filmer et surtout comment filmer. Évitez les plans trop longs sur des paysages vides et sans intérêt par exemple, les gens s’en fichent. Pensez à soigner le son de vos vidéos. Parce qu’il n’y a rien de plus désagréable à regarder qu’une vidéo avec des bruits parasites (vent, voitures, travaux, sirènes d’ambulance…) ou avec des voix inaudibles ou incompréhensibles. Et aussi pensez à régler correctement votre appareil avant de filmer.

CADRAGE
La composition d’une image c’est quoi ? C’est le fait par exemple de mettre telle personne ou tel objet à tel endroit dans le cadre. De jouer avec les lignes présentes dans l’image pour donner une profondeur ou une perspective particulière. Et donc de donner un sens voire même une émotion à cette image. Et c’est un critère essentiel lorsque vous filmez pour ne pas rendre vos vidéos fades ou banales. La première règle à respecter (ou pas…) lorsque vous composez votre image est la règle dite des tiers.
– Appliquer la règle des tiers.
– Essayer de faire au moins 3 plans  (PM+PR+GP) + 3 axes différents.
– Attention de ne pas avoir un regard caméra.
– Etre en focale courte pour bouger (travelling).
Bien comprendre la notion de cadre est essentiel pour produire des vidéos de qualité. Concrètement, le cadre est la partie découpée de la réalité que nous filmons, jusque-là tout va bien…

RENDRE COMPTE D’UNE ACTION
3 PLANS DIFFÉRENTS:
1/ PM – plan moyen :
situe la personne dans son environnement
plan de situation action espace /temps – on parle aussi de Plan MASTER
2/ Plan Rapproché – idéal ITW
3/ Gros Plan ou Plan de détail – pour insister sur un évènement ou phrase

3 ANGLES DIFFÉRENTS :
– respecter la règle des 30° entre chaque plan
– respecter la règle des 180° – selon axe regard personnage

LES PLANS DE COUPE
Pensez aux plans de coupe. C’est quoi les plans de coupe ? C’est les plans qui viendront donner du rythme à vos vidéos. Ces plans sont très utiles pour les interviews ou les monologues en plan fixe. Exemple : vous interviewez une personne qui se trouve face à la caméra et qui présente des produits de beauté. Cela parait ennuyeux mais avec des plans de coupe cela change tout. Filmez la personne pendant l’interview, essayez même de changer de cadre ou de tourner pourquoi pas avec 2 cameras pour varier les plans.
Ensuite filmez les produits évoqués pendant l’interview. Faites des travellings en douceur des produits. Ou encore filmez cette personne en train de les essayer. Filmez des détails et ajoutez ces plans au montage en laissant la bande son de l’interview dessus. Cela rendra votre vidéo nettement plus agréable à regarder que de regarder une personne seule parler à la camera.

ASTUCES – TOURNAGE

– Afficher le quadrillage cam pour appliquer la règle des tiers
– Porter systématiquement un casque
– Lancer le RECORD pendant les réglages
– Bien placer la cam à hauteur des yeux
– Mettre tous portables en mode avion
– Bombe à mater : permet d’enlever les reflets / brillances dans des lunettes par ex
– L’objectif est d’avoir l’image la plus FLAT possible avec le moins de contraste possible pour favoriser la post prod.
– Ne pas oublier de faire une boucle sur le micro cravate pour éviter la tension du câble
– Le piqué de l’image est idéal entre 5.6 et 10
– Pour faire l’effet flou/net : utiliser longue focal + grd diaph

FAITES RÉPÉTER
Pour un anniversaire ou pour un court-métrage, faites répéter les personnes s’il y a les moindres soucis. Si un détail ne va pas. Mauvaise lumière, mauvais son ou mauvais jeu d’acteur et c’est toute votre vidéo qui sera impactée. N’hésitez pas à faire répéter.

ZOOM ET PANORAMIQUE

Doucement sur le zoom…à proscrire si possible! Utilisez le avec parcimonie et uniquement si vous êtes très éloignés du sujet et que vous ne pouvez vraiment pas vous en approcher. Si vous avez fait un zoom trop brusque mais que vous voulez à tout prix garder le plan « zoomé », coupez le changement de focale (le zoomage…lol) au montage. Pour les panoramiques, évitez les paysages vides…ou la mer avec un horizon vide par exemple…
Il n’y a rien de plus lassant qu’un panoramique vide et dans lequel rien ne se passe. Même conseil que pour le zoom, faites des panoramiques en douceur et stabilisés. N’hésitez pas à mettre votre caméra sur trépied avec une bonne rotule. Car si le panoramique est fait à la main, attention aux tremblements…

PLONGÉE ET CONTRE-PLONGÉE
La caméra se trouve au-dessus du sujet. Filmer un sujet en plongée est utile lorsqu’on souhaite créer un sentiment de fragilité d’un personnage.
Créer une tension ou parfois aussi pour accentuer la grandeur d’un lieu. Essayez un plan en plongée avec un objectif fisheye … le sujet aura l’air ridicule. En contre-plongée c’est tout l’inverse qui se produit. On place la camera plus bas que le sujet pour lui donner de l’importance. Si vous avez de jeunes enfants (2-3 ans), placez la caméra au sol et cadrez vos enfants de la tête aux pieds et voyez le résultat…

SUIVRE UN SUJET EN MOUVEMENT
Une astuce, voire même une règle pour filmer un sujet en mouvement : cadrez le sujet du côté opposé de la direction dans laquelle il va. Cela donnera de l’air à la scène et permettra aussi au spectateur de voir vers quoi se dirige le sujet.
À l’inverse, ne laissez pas d’espace créera un sentiment de stress, d’inconnue…On ne sait pas vers quoi se dirige le personnage. Technique idéale souvent utilisée pour les thrillers ou les films d’angoisse !

CONSEILS AVANT TOURNAGE
– Formater les cartes SD
– Mettre le time code à 0
– Choisir le format de tournage : 1920×1080 à 25images
50i = 25 images en entrelacé 50 ½ images)
50p = 50 im/sec (impression d’une image plus fluide)
– Choisir un ZEBRA à 75%

ASTUCES – DIFFÉRENTS LIEUX DE TOURNAGE

FILMER LES ACTIVITÉS
La variété des axes et des valeurs de plans doit être la plus grande possible. Tournez autour de votre sujet (en stoppant la caméra entre chaque prise).
Un plan d’ensemble aura tout intérêt à rester fixe (ni zoom, ni recadrage) pour concentrer l’attention sur le mouvement des intéressés. Les plans rapprochés sont toujours valorisants.

FILMER SUR UN MARCHE
Pour saisir des vendeurs, le cadrage en contre-plongée (légère) est souvent recommandé : permet de valoriser l’intéressé, permet de montrer l’étalage devant et derrière le commerçant, évite que votre interlocuteur lance des coups d’œil incessants à la caméra. La scène ne paraît que plus naturelle.

FILMER DES ENFANTS
Prenez le temps de vous mettre à la hauteur des enfants. Ils seront ainsi plus en confiance car vous ne les dominerez pas du regard. Ensuite, vous obtiendrez une hauteur de vue correspondant à leur taille.
Pour filmer des enfants, des plans en plongée sont nécessaires pour situer l’action, mais pensez aussi à positionner l’objectif à la hauteur des petits afin d’éviter des les « écraser » et ainsi faire oublier la présence du caméscope au spectateur.

FILMER EN LIEU RESTREINT
Pour filmer une activité en lieu exiguë, le plus simple est de filmer en plan large. Autre solution on peut aussi insister sur les gros plans, sachant que c’est là que la vidéo s’exprime le mieux. Commencer par un ou deux plans larges de situation, puis zoomer sur des détails significatifs.

THÉÂTRE
Pour filmer un spectacle : en général les salles sont équipées d’un rideau noir pour des raisons de contraste et de visibilité, basculer l’iris en manuel et sous-exposer la scène d’une ou deux valeurs d’ouverture. Vous verrez que les carnations des comédiens redeviendront plus agréables à regarder.

SPECTACLE DE RUE
Pour filmer un spectacle de rue : ne pas hésiter à bouger !
Alterner plans fixes, larges, panoramiques captés au bord de la rue. Ne pas hésiter à se mettre en hauteur pour filmer en plongée. Trouver des points d’appui ou filmer en grand angle pour que l’on voit moins le bouger ou encore activer le stabilisateur interne.

LE SKI
Pour relever ces sensations fortes, vous devez adopter les cadrages valorisant le mouvement. Les images les plus impressionnantes se prennent au ras du sol ou par en dessous. Ex pour les sauts, restez en grand angle en tenant fermement le caméscope et commencez à filmer avant le départ du skieur.

FILMER UN DÎNER
Les retrouvailles en soirée autour d’une bonne table sont incontournables.
Bannissez le trépied afin de vous glisser aisément d’un côté à l’autre du groupe de convives et multipliez les points de vues. Pour faire un gros plan, rapprochez-vous plutôt que de zoomer.
Le repas est aussi l’occasion de réaliser des mini-interviews afin de recueillir des réactions. Les enfants, plus spontanés, vous offriront probablement des commentaires vivants qui viendront dynamiser cette séquence. Utilisez aussi le son seul de ces interviews pour enrichir les autres séquences filmées durant le séjour en ajoutant ces commentaires en voix off.

FOCUS SUR L’INTERVIEW

De nos jours beaucoup d’interviews sont traditionnellement enregistrées avec 2 caméras, voire parfois trois ou plus chez les professionnels de la TV ou même chez certains Youtubeurs. Je ne vais pas revenir sur le principe de l’interview mais plutôt sur comment la rendre dynamique et agréable à regarder en la filmant avec une seule caméra. Et quelques astuces pour la rendre originale…
Un vidéaste amateur n’a pas forcément l’équipement nécessaire pour pouvoir installer plusieurs caméras. Chaque vidéaste n’a pas nécessairement 3 caméras chez lui. Et souvent l’intervieweur et le cameraman sont souvent la même personne qui va ensuite s’occuper du montage. Donc comment faire pour rendre une interview dynamique et semblable à celles tournées en multi caméras ? Quelles techniques pour cadrer ? Quel matériel avoir pour la rendre la plus professionnelle possible ? Suivez le guide…

LA PRÉPARATION
Cela peut paraître évident, mais préparer votre interview est le meilleur moyen de la rendre intéressante au final. Apprenez à connaitre le profil et l’histoire de la personne que vous allez interviewer. Organisez une série de questions ouvertes. Notez les pour ne pas les oublier et ainsi éviter les « heu »…Écartez les questions auxquelles on répond par oui ou par non. Parlez-en avec la personne qui va se faire interviewer. Et expliquez-lui qu’il faudra éviter de faire des réponses trop courtes même si elle pourra répondre oui ou non, il faudra essayer de développer derrière. Si possible lui faire reprendre la question (cela vous aidera au montage).
Avant de chercher le bon orateur, déterminez quels sont les objectifs de cette vidéo et le message que vous voulez faire passer. Pensez également à répertorier tout le matériel nécessaire pour le tournage, et contactez les personnes compétentes qui pourront vous aider lors du tournage (cadreurs, ingénieur du son …).
Trouver un bon orateur n’est pas chose aisée. Parler en public et être à l’aise devant une caméra peut faire peur à beaucoup de personnes.
Pour trouver la ou les bonne(s) personne(s), prévoyez quelques semaines entre le moment où vous commencez vos recherches et le jour de tournage. Il faudra proposer ce genre d’intervention aux personnes souriantes, charismatiques ou qui vous semblent à l’aise devant une caméra. Pour trouver les bonnes personnes, pensez aux différents événements où vous avez pu aller, pensez à des clients impliqués, voir « évangélistes » qui témoigneront avec plaisir.
Attention : savoir parler devant un public est un exercice différent de celui de parler devant une caméra. Il faudra certainement un petit temps d’adaptation à l’invité.

ENVOYER LES QUESTIONS A L’ AVANCE
Afin de ne pas perdre de temps lors du tournage et être transparent sur le contenu de l’interview, envoyez les questions au préalable à l’intervenant afin qu’il puisse préparer ses réponses et qu’il soit plus confiant devant la caméra.
Cependant, ne prévoyez pas de script, et ne demandez pas à l’invité de préparer un script, le côté naturel de la vidéo sera indéniablement perdu. Cependant, vous pouvez lui proposer d’écrire les points clés de son intervention pour le guider.
N’oubliez pas qu’un tournage prend du temps. Pour une vidéo témoignage de 3 minutes environ, prévoyez 30 minutes pour la tourner. En effet, il est probable que certaines questions demandent plusieurs prises. Si la personne cherche ses mots, n’hésitez pas à lui demander de répéter, afin d’avoir une prise claire.

METTRE A L’AISE L’INTERVENANT
Ne commencez pas l’interview dès l’arrivée de votre invité. Prévoyez un moment (une dizaine de minutes) pour discuter avec lui avant de tourner. Être filmé est toujours stressant, même pour ceux qui ont l’habitude. Présentez l’équipe qui se trouve avec vous dans la pièce, proposez lui une bouteille d’eau pour la durée de l’interview, essayez de le détendre et de le faire sourire. Son passage vidéo sera d’autant plus naturel et convaincant.

LES PRINCIPAUX FORMATS D’INTERVIEWS
Le but sera de rendre l’interview intéressante à regarder et à écouter sans susciter d’ennui chez le spectateur. Tout ça avec une seule camera. L’ennui est l’ennemi numéro 1 pour le vidéaste. La première erreur à éviter sera de faire un unique plan et de se filmer avec la personne interviewée. On aura un plan fixe sur les 2 personnes tout le long de l’interview.
Imaginez un même plan de 15 minutes (au moins) sur 2 personnes qui se parlent… ce sera chiant à mourir. Ou alors il faut que ce soit super intéressant. Ce format est idéal si vous avez plusieurs caméras pour faire du montage multicam, si vous n’en avez qu’une, on va lui trouver des astuces…
Un autre format consiste à filmer la personne de face (ou 3/4 face) et de lui poser des questions. Sans qu’on voit une seule fois la personne qui interview. Dans ce cas, tout sera axé sur la voix de l’intervieweur. On entendra uniquement sa voix puis on verra et on entendra l’interviewé répondre. Cela peut être une formule sympa d’interview. Si vous choisissez ce format, justement faites attention à l’intonation de votre voix et des mots que vous utilisez lors de l’interview. Mais vous pouvez aussi « tricher ». Vous pouvez enregistrer vos questions avant ou après l’interview si cela ne vous convient pas au moment de l’interview et les coller au montage.
Pour ce format d’interview, il est bon de noter quelques astuces. Par exemple, selon le sujet abordé dans l’interview, vous pouvez insérer des plans de coupe. Cela peut être des plans de détail de la personne interviewée. Ses mains qui bougent lorsqu’elle parle par exemple. Des photos aussi, sur lesquelles vous ajouterez un léger effet de panoramique ou de zoom. Afin qu’elles ne paraissent pas trop immobiles.
Cela peut être aussi des images de souvenirs ou encore des illustrations. En gros, des plans qui viendront « casser » ce côté statique de l’interview. Vous l’aurez deviné, il faudra penser à la partie audio de votre interview afin que tout soit cohérent. Mais j’y reviens plus bas.
Un format d’interview qu’on aperçoit parfois est celui de voir la personne interviewée et d’avoir la question posée uniquement sous forme de texte à l’écran. Par exemple, on voit la personne. Puis l’écran avec la question coupe et ensuite on revient à la personne qui répond de vive voix.
Alors pour moi c’est une formule qui peut être envisagée si vous avez un micro qui n’est pas de qualité. Ou encore si vous n’aimez pas votre voix. Mais franchement sinon je ne vois pas trop l’intérêt de présenter une interview sous cette forme. Pour moi ça fait vieillot. Mais si vous choisissez ce format, pensez à y ajouter les plans de coupe comme évoqué juste au-dessus.

SOIGNER L’ARRIÈRE-PLAN
Régler le focus sur la personne que vous filmez, cependant, un arrière-plan flou peut donner un plus à votre vidéo.
Un conseil : ne misez pas seulement sur un arrière-plan statique. Vous pouvez utiliser un open space comme décor de votre interview : en arrière-plan, nous pourrons voir d’autres employés travailler ou circuler dans la pièce, ce qui dynamisera la vidéo.
Attention : cette technique est à utiliser avec parcimonie : l’attention de la personne qui regardera la vidéo ne doit pas être déviée du message principal. De plus, filmer dans un espace ouvert est synonyme de nuisance sonore : votre matériel devra être de très bonne qualité ou le personnel coopérant pour ne pas faire perdre du temps ni à votre invité, ni à vous, ni aux autres personnes présentes dans la salle.

UTILISER UN SEUL ANGLE DE VUE MAIS DIFFÉRENTS PLANS
Je vous conseille fortement d’utiliser un angle parallèle au sol. Celui-ci donnera l’impression à la personne qui regarde la vidéo d’être face à l’invité.
Néanmoins, il est préférable d’utiliser deux voire trois plans différents :
– Le plan taille : permet de voir la personne interviewée jusqu’au niveau de la ceinture. C’est le plan le plus fréquent dans les vidéos de témoignage et vous permettra de mettre en valeur l’arrière-plan également.
– Le plan rapproché : vous pouvez alterner entre le plan taille et le plan rapproché pour dynamiser la vidéo.
– Le gros plan : pour intensifier les émotions, utilisez le gros plan (de profil). Celui-ci ne doit pas dépasser 5 secondes, contrairement aux deux autres cités plus haut qui peuvent être les mêmes une dizaine de secondes.

LE SON
Les personnes qui vont regarder et écouter l’interview ne se poseront pas la question de combien de caméras ont été utilisées. La première chose à laquelle il faudra penser, c’est le son. Une bonne prise de son et la moitié du boulot est faite. L’ensemble de votre montage se basera sur le son capté durant l’interview. Les questions comme les réponses.
Donc n’enregistrez pas le son avec votre caméra, mais plutôt avec un enregistreur numérique ou un Smartphone connecté à un bon micro-cravate.

PLANS DE COUPE
Il peut arriver qu’il y ait une coquille dans les plans. Pensez aux plans de coupe qui peuvent être des vidéos extraites d’un film, des photos, des vidéos d’illustration en fait…Et même si il n’y a pas de faux raccord, ce genre de plan a toujours un sens dans une interview. Ils viendront illustrer le sujet que la personne aborde. On continuera à entendre sa voix et les images lui donneront encore plus de valeur.

LA LUMIÈRE
Si la lumière est naturelle, ne traînez pas trop, elle peut vite changer. Et cela se verra sur l’autre partie de l’image. Le mieux dans ce cas est d’opter pour des lumières parapluies qui éclaireront la scène d’une manière douce. Et si vous tournez avec une lumière naturelle, pensez au réflecteur. Bien orienté il peut amener une jolie lumière sur la personne filmée ou même éclairer une zone de son visage qui ne l’est pas assez.

FAIRE CROIRE A PLUSIEURS CAMERAS
Tout simplement en faisant comme au cinéma. En répétant les scènes. Les questions, comme les réponses. Si vous expliquez correctement à la personne interviewée comment ça va se passer, le résultat au final sera nettement plus convaincant. Et je crois qu’il n’y a que ça qui nous intéresse dans une interview, comme dans n’importe quelle vidéo d’ailleurs, le résultat final.
Partons donc sur le fait de simuler au moins 2 caméras. Le premier plan devra cadrer les 2 personnes de face. L’intervieweur (se) et l’interviewé, l’un en face de l’autre. Le principe sera d’enregistrer l’interview en une fois avec ce plan. S’il y a des ratés ou des bafouillements, on répète, ce n’est pas grave. L’intervieweur pose les questions et l’interviewé y répond de la plus naturelle des façons. L’intervieweur évite de couper l’interviewé dans son speech et écoute ce qu’il dit. Sinon ce sera un poil plus compliqué lors du montage.
Une fois l’interview filmée avec ce plan, on passe à l’étape suivante. Et j’ai presque envie de dire qu’une fois filmée comme ça, la personne interviewée peut rentrer chez elle. L’intervieweur devra juste faire attention à sa posture pour faciliter les plans de raccord. La magie du montage fera le reste…On crée donc une deuxième valeur de plan avec ce qui va venir ajouter un peu de rythme visuel à cette interview. On place la camera face à l’intervieweur, micro-cravate accroché. Et on enregistre uniquement l’intervieweur en train de poser les questions et d’écouter les réponses.
Si les réponses ne sont pas exactement les mêmes, ce n’est pas grave. On choisira au moment du montage la piste audio des paroles qu’on gardera pour l’interview finale.
Comme 3ème valeur de plan je vous conseille de filmer les mains de l’interviewé. Placez votre caméra sur un trépied et cadrez de façon à ce qu’on voit les mains. Mais aussi à ce qu’elles restent dans le champ quand elles bougeront. On parle tous avec les mains. D’une manière plus ou moins prononcée selon les personnes, les mains viendront toujours illustrer nos paroles. Ces plans auront donc une valeur illustrative et serviront également de plans de coupe au montage.
Pourquoi aussi ne pas faire des travellings sur l’intervieweur ou l’interviewé ? Cela apportera encore un peu plus de mouvement à l’ensemble. Utilisez un slider pour vos travellings

RÉSUMÉ INTERVIEW
1/ la préparation:
– Prendre trépied – ne pas oublier de faire la bulle
– Choisir son lieu + background
chercher l’hombre si en extérieur
– Veiller sur l’environnement sonore
– Anticiper la préparation des questions – mettre à l’aise le sujet
– Avoir un KIT maquillage avec poudre pour éviter les brillances
2/ demander à l’interlocuteur de reformuler les question pour faciliter la post-prod
3/ demander à l’interlocuteur bien se tenir – ne pas avoir une posture avachie

© f2rprod – 2020

RETOUR AUX GUIDES PRATIQUES